Des développements positifs pour impulser l’avenir

Bio Suisse est active dans de nombreux domaines pour continuer de développer l’agriculture biologique. Vue d’ensemble des principaux faits et résultats de 2016 – des projets agricoles novateurs aux lauréats du «Bourgeon Bio Gourmet».

AGRICULTURE

6538fermes bio en Suisse et au Liechtenstein

En 2016, 6144 entreprises agricoles Bourgeon qui travaillaient selon le Cahier des charges de Bio Suisse étaient enregistrées en Suisse et dans la Principauté du Liechtenstein. Leur nombre est de nouveau remonté. Si on compte les fermes qui ont quitté Bio Suisse ou qui ont dû arrêter l’agriculture, cela fait en tout 113 fermes Bourgeon de plus. Et 386 entreprises agricoles se sont annoncées pour commencer avec le Bourgeon à partir du 1er janvier 2017.

Par rapport aux 46'930 entreprises agricoles qui ont droit aux paiements directs en Suisse, les fermes bio représentent maintenant une proportion de 13,2>#/b###. C’est dans les cantons des Grisons et de Berne qu’il y a le plus de fermes biologiques avec respectivement 1302 et 1162 domaines en bio. La surface cultivée en bio a augmenté de 3000 ha en 2016. Dans les zones de montagne, plus de 20% de la surface sont cultivés en bio. Au niveau national suisse, la proportion de surface bio par rapport à l’ensemble de la surface agricole utile est de 13,4%.

Bio Suisse a fait avancer des projets agricoles novateurs parmi lesquels on trouve la plateforme ProBétail qui transmet des connaissances sur des thèmes comme le bien-être des animaux, la santé animale ou la sélection. L’Assemblée des délégués a aussi décidé de diminuer encore l’utilisation des antibiotiques pourtant déjà strictement réglementée dans les fermes Bourgeon. Les antibiotiques dits «de réserve» ne peuvent donc plus être utilisés que pour des cas exceptionnels!


PRENEURS DE LICENCES

885preneurs de licences enregistrés

L’année passée, 936 demandes de licences ont été déposées pour de nouveaux produits Bourgeon. Bio Suisse avait ainsi à fin 2016 au total 885 preneurs de licences et 24 utilisateurs de la marque.

Bio Suisse est très heureuse d’avoir 48 nouveaux preneurs de licences qui se sont fait enregistrer pour la fabrication de produits Bourgeon de haute valeur. Ils acceptent ce faisant le défi de renoncer aux étapes inutiles de transformation, de fabriquer des denrées alimentaires en les ménageant le plus possible et sans utiliser d’arômes ni de colorants afin de marquer des points auprès des consommateurs en leur proposant des goûts authentiques.

La fabrication des produits Bourgeon autorise en effet beaucoup moins d’additifs que la production conventionnelle: ordre de grandeur 40 au lieu de 400. Bio Suisse a en outre des prescriptions plus sévères pour les additifs et les auxiliaires technologiques que l’Ordonnance fédérale sur l’agriculture biologique. Ils ne sont autorisés que s’ils sont réellement nécessaires pour certains produits, et les substances doivent être de provenance naturelle et si possible biologique. L’adjonction de vitamines, de colorants et d’arômes est totalement exclue pour les produits Bourgeon – indépendamment du fait qu’ils soient de synthèse ou de qualité naturelle. Pour Bio Suisse, la transformation douce signifie aussi pas de transformation chimique, d’irradiation, de traitements aux micro-ondes ni d’additifs fabriqués à laide de l’ingénierie génétique.

C’est grâce à l’engagement des transformateurs Bourgeon que les consommateurs bio peuvent profiter de produits fiables et de haute qualité.

DISTINCTIONS

28lauréats du «Bourgeon Bio Gourmet»

Les distinctions «Bourgeon Bio Gourmet» permettent à Bio Suisse de distinguer des produits Bourgeon de qualité extraordinaire. En partenariat avec l’association des meilleurs cuisiniers suisses, la fédération a primé l’année passée 28 produits sur les 69 qui avaient été inscrits dans les catégories produits laitiers frais, petite boulangerie et pâtisseries. Deux de ces produits ont reçu une distinction spéciale pour leur qualité particulièrement exceptionnelle: la «Cuchaule au fil de safran» de la Boulangerie Saudan de Fribourg ainsi que le «Séré à la vanille» d’Erlebnis Agrovision Burgrain d’Alberswil LU.

Un jury professionnel indépendant composé de spécialistes et de cuisiniers vedettes réunis autour de Pierrot Ayer, le président de l’association «Les Grandes Tables de Suisse», a évalué sous la houlette de l’analyste sensoriel et journaliste gastro Patrick Zbinden tous les produits inscrits d’après quatre critères: l’apparence, l’odeur, le goût et l’impression générale.

Bio Suisse décerne aussi tous les deux ans son «Grand Prix Bio Suisse»qui distingue des idées novatrices. En 2016 c’est le marchand d’œufs bio Hosberg AG qui a reçu ce prix pour son projet «Henne & Hahn» («Poule & Coq»). Dans la production d’œufs bio labellisés «Henne & Hahn», les poussins mâles ne sont pas tués sitôt sortis de l’œuf mais engraissés conformément aux cahiers des charges de Bio Suisse et de KAGfreiland dans des conditions d’élevage respectueuses de leurs besoins spécifiques. Leur viande est mise en vente dans les «Bruderhahn-Box».

Le 1er décembre 2016 a vu se dérouler à Berne le symposium «Bio 3.0 – Visions d’avenir pour le secteur bio et la consommation bio». Plus de 250 spécialistes ont assisté aux conférences d’ouverture et aux ateliers. Ce symposium organisé par Bio Suisse, Demeter, FiBL, Bionetz et bio.inspecta a permis pour la première fois à l’ensemble de la filière de création de valeur du secteur bio d’avoir des échanges sur des questions fondamentales.

COMMERCE

7,8%Le marché bio a progressé de 7,8 %

Le chiffre d’affaires des denrées alimentaires bio continue d’augmenter en Suisse. Avec une augmentation de 7,8%, un nouveau record de 2,505 milliards de francs a été atteint en 2016.

Le Bourgeon est la plus connue des marques bio indépendantes de Suisse. 87% des consommateurs suisses connaissent le Bourgeon et le considèrent comme très fiable et garanti bio. Ce sont les consommateurs suisses qui dépensent le plus d’argent dans le monde pour des produits bio: la consommation par habitant atteint 299 francs. Coop et Migros réalisent les trois quarts du chiffre d’affaires bio, et le commerce biologique spécialisé se maintient à la troisième place.

Les importations les plus fréquentes en termes de quantités étaient les céréales, les légumineuses et les fruits frais. Les pays qui ont exporté le plus de produits Bourgeon étaient l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie.

MARCHÉ

8,4%La part de marché des denrées alimentaires bio est de 8,4 %

La part de marché des denrées alimentaires bio par rapport à l’ensemble du marché alimentaire a de nouveau fortement augmenté pour arriver à 8,4%. Supérieur à la moyenne, le développement de la Suisse romande est particulièrement réjouissant. Elle a en effet atteint la plus grande croissance en termes de parts de marché pour atteindre 8%, presque au même niveau que la Suisse alémanique. Cela se reflète aussi dans la croissance du chiffre d’affaires, qui se situe loin au-dessus de la moyenne avec 14,7%.

Les produits frais restent le segment le plus important avec un chiffre d’affaires de 1,250 milliard de francs. Les plus grandes parts de marché sont celles des œufs avec 25,5% suivies des légumes avec 21,2% et du pain frais avec 20,7%.

Les produits bio qui génèrent le plus de chiffre d’affaires restent les produits laitiers qui, avec le fromage, atteignent un chiffre d’affaires de 314,4 millions de francs. Les marchandises emballées ou préemballées présentent une croissance supérieure à la moyenne et prouvent ainsi leur importance pour les consommateurs.

Les légumes et les fruits sont les produits préférés par les consommateurs et représentent les ventes les plus fréquentes.

Les prix à la production pour les fruits, les légumes, les plantes aromatiques et les pommes de terre ont pu être maintenus au même niveau que l’année précédente.

Le Prix du Vin Bio Suisse, que Bio Suisse soutient en partenariat avec la revue «Vinum», a aussi contribué en 2016 au renforcement de l’image des vins bio.

FÉDÉRATION

32organisations membres reçoivent un soutien direct

Bio Suisse finance ses organisations membres avec des contributions directes qui se montent au total à 172’274 francs. Bio Suisse a aussi soutenu avec 234’900 francs 30 projets pour le renforcement de ses organisations membres.

Bio Suisse a de nouveau pris au sérieux sa responsabilité politique en 2016: elle a entre autres adopté une résolution sur l’initiative de l’Union suisse des paysans et discuté d’autres points essentiels avec des politiciens. Et Bio Suisse a commencé l’élaboration d’une stratégie à long terme nommée «Avanti 2025».

SECRÉTARIAT

56collaborateurs-trices sont employé-e-s par Bio Suisse

Le secrétariat de Bio Suisse, dont le siège est à Bâle, employait au 31 décembre 2016 56 personnes dont 37 femmes et 19 hommes. La pondération des temps partiels donne un total de 45 postes à temps complet. Le taux de fluctuation a diminué par rapport aux années précédentes. Trois nouveaux postes ont été créés en 2016: une assistante de la Direction des finances, ressources humaines et administationà 40%, une assistante du marketing à 100% et un Supply Chain Manager à 80% qui a pour tâche d’optimaliser la traçabilité des produits Bourgeon importés.

Bio Suisse a aussi investi en 2016 dans des projets nécessaires de TI et de banque de données. Il a ainsi été possible de mettre en route le Supply Chain Monitor, un logiciel qui simplifie l’enregistrement des importations. Et un nouveau logiciel de comptabilité a été installé.

Partager la page