Durabilité – tout est lié

La durabilité est l’objectif central de Bio Suisse. Les familles paysannes et les fabricants des délicieux produits bio le prouvent jour après jour. C’est ensemble que nous nous engageons pour l’équilibre entre l’homme, l’animal et la nature.

Valeurs stables

L’agriculture biologique est la manière la plus durable de produire des denrées alimentaires. Le Cahier des charges de Bio Suisse veille à ce que les paysans et paysannes Bourgeon respectent en détail les principes de la durabilité.

Bio Suisse a de nouveau cherché en 2016 à se rapprocher de son objectif de renforcer et de continuer le développement des normes du développement durable pour l’agriculture biologique. Le Bourgeon s’est établi comme symbole fiable et leader de la production durable, qui représente de manière crédible les valeurs de l’agriculture biologique.

Le développement durable est une notion essentielle pour Bio Suisse. La fédération s’oriente pour cela d’après son Concept directeur. Avec l’élaboration de sa stratégie «Avanti 2025», Bio Suisse continue de mettre l’accent sur la durabilité globale. Un réseau de partenariats ainsi que des coopérations qui se développent continuellement avec la formation, la vulgarisation, la recherche et la politique fécondent les échanges à l’intérieur de la communauté de valeurs et avec la société. Un intense travail de relations publiques assure un renforcement de l’attention pour les revendications de Bio Suisse en particulier et de l’agriculture biologique durable en général.

Ne pas perdre de vue l’essentiel est un des principes du 

travail de Bio Suisse.

Nos thèmes les plus importants

Il y a les familles paysannes, les transformateurs et les commerçants, les consommateurs, les collaborateurs – en tant que fédération, Bio Suisse doit satisfaire de nombreuses attentes différentes. C’est là qu’il est essentiel de ne pas perdre de vue l’essentiel. C’est pourquoi Bio Suisse a défini lors de deux ateliers internes avec les collaborateurs, la Direction et le Comité des thèmes centraux qui sont importants aussi bien pour le secrétariat que pour les différents groupes d’intérêts. Ces ateliers ont tenu compte de facteurs écologiques, économiques et sociaux. Résultat: une «matrice de l’importance» qui fournit une vue d’ensemble des 14 principaux champs d’action.

Le développement durable comprend des facteurs 

écologiques, sociaux et économiques.

La durabilité chez les preneurs de licences

Les preneurs de licences de Bio Suisse doivent remplir de hautes exigences pour la production, la transformation et le commerce: les produits doivent non seulement respecter les exigences écologiques, mais aussi les aspects sociaux et économiques.

Bio Suisse a développé en 2016 un check-up de la durabilité pour montrer aux preneurs de licences les possibilités qu’ils ont de viser un développement encore plus durable. Ce check-up ne s’occupe pas de produits particuliers d’une entreprise mais de sa durabilité globale en abordant des aspects économiques, sociaux, écologiques et gestionnaires; il y a des questions sur la consommation d’énergie ou les achats responsables. Le check-up montre donc aux distributeurs et aux transformateurs de produits Bourgeon les potentiels d’amélioration de leur durabilité.

La durabilité au secrétariat

Bio Suisse contribue à la durabilité jusqu’à l’intérieur de son secrétariat. La fédération s’est donné pour objectif de diminuer la consommation de matériaux et la production de déchets de son bureau de Bâle. En 2016, le poids du papier des photocopieuses et des imprimantes a été diminué à 70 g/m2, et l’impression recto verso est devenue la norme.

Bio Suisse a en outre aménagé une salle de réunion exprès pour les audio- et vidéo-conférences, ce qui permet à la fédération de diminuer ses voyages d’affaires sans limiter les échanges avec la profession… voilà une contribution à l’allégement du trafic dont l’environnement profite à fond.

Le secrétariat a aussi renoncé à acheter de l’eau potable en bouteilles en PET pour les collaborateurs. Il y a maintenant des carafes en verre pour l’eau du robinet. Et pour diminuer la consommation d’eau en général, tous les robinets ont été munis de régulateurs qui diminuent le débit et donc la quantité d’eau utilisée.

La durabilité au niveau international

En tant qu’organisation faîtière des paysans biologiques suisses, Bio Suisse est membre de l’IFOAM – Organics International, la Fédération internationale des mouvements d’agriculture biologique. Les lignes directrices des bonnes pratiques éditées par l’IFOAM – Organics International définissent des critères mondialement valables pour l’agriculture durable et font office de lignes de conduite pour le travail au niveau national.

Bio Suisse se mesure elle aussi à l’aune de ces critères – avec succès: après l’évaluation positive de ses prestations de durabilité par des experts indépendants, Bio Suisse a été admise dans la toute récente «Communauté Best Practice». Bio Suisse a été particulièrement bien notée dans les catégories sol & fertilité, biodiversité, production animale, promotion des ventes et qualité des produits; il y a encore des potentiels d’amélioration dans la rédaction des rapports sur la durabilité – c’est pour Bio Suisse une motivation de continuer à s’améliorer.

Partager la page